Les Niouses

 

 

 


 

Assurance maladie : plus de 5 millions de Français ont emprunté un transport remboursé en 2009

21.10.2010, 14h46 - Le Parisien

Les transports remboursés par l'Assurance maladie, tels que les ambulances, les véhicules sanitaires légers et les taxis, ont été empruntés par quelque 5,1 millions de Français (soit 8% de la population) en 2009, selon les derniers chiffres communiqués par la Caisse nationale d'Assurance maladie jeudi 21 octobre. Au , les dépenses associées aux transports, tous régimes confondus, s'élevaient à 3,2 milliards d'euros en 2009.

 


Les résultats présentés par l'Assurance maladie révèlent que les dépenses de transports ont progressé de plus de 7% en 2009, contre 8,7% en moyenne au de la période 2000-2006. A noter, la croissance de ces dépenses a été estimée à 4,8% à fin septembre 2010.

Les transports en véhicules sanitaires légers ont des difficultés à se développer par rapport aux ambulances et aux taxis. Ainsi, 42% des dépenses liées au remboursement des transports par l'Assurance maladie concernaient les transports en ambulance, contre 31% pour les transports en taxis, 23% pour les véhicules sanitaires légers et seulement 4% pour les frais d'utilisation des véhicules individuels ou des transports en commun.

En outre, les dépenses associées aux transports en taxis ont progressé de plus de 10% en valeur en moyenne par an sur les trois dernières années, contre une augmentation de 5,7% en moyenne par année pour les dépenses d'ambulances, et une baisse de 0,2% pour les dépenses de véhicules sanitaires légers.

Dernier constat, les patients atteints d'une affection de longue durée (ALD), comme les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l'insuffisance rénale chronique, les affections psychiatriques et le diabète, représentent plus de la moitié (59%) des usagers transportés dans l'année, et plus de 80% des dépenses de transports.

(source : http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/assurance-maladie-plus-de-5-millions-de-francais-ont-emprunte-un-transport-rembourse-en-2009-21-10-2010-1119590.php)

 



 

GRAND PARIS

Mais si, il y a davantage de taxis dans la capitale...

 
BENOIT HASSE | 18.10.2010, 07h00

L’amélioration ne saute pas forcément aux yeux. Mais l’offre de taxis disponibles dans (et dans les 122 communes de petite couronne desservies par les taxis parisiens) s’est considérablement renforcée depuis le protocole de modernisation signé en 2008 entre le ministère de l’Intérieur et les organisations professionnelles des chauffeurs.

Il y avait à l’époque 15800 licences délivrées. Deux ans plus tard, selon la préfecture de police, 19023 taxis sont désormais à la disposition des usagers.
Le chiffre est important… mais trompeur. Seules 800 nouvelles licences ont été réellement créées (soit 16000 plaques attribuées). Mais, pour parvenir au chiffre de 19023 taxis « réels disponibles », sont intégrés les 1113 véhicules en doublage (des voitures où deux chauffeurs se succèdent chaque jour) et surtout les effets des dispositifs réglementaires adoptés en 2008 pour mieux rentabiliser les temps de roulage.
Le temps de conduite des taxis salariés ou locataires de leur véhicule (qui était plafonné à dix heures par jour) a été aligné sur celui des artisans taxis autorisés à rouler onze heures quotidiennement. Plusieurs mesures ont également été adoptées pour inciter les chauffeurs qui desservent Roissy à revenir rapidement dans la capitale. « Ces aménagements ont permis la création de 1300 équivalents taxis », explique la préfecture.
« Désormais, nous n’avons plus droit qu’à deux prises en charge par jour à Roissy. Et la voie réservée sur l’A 1 aux heures de pointe (NDLR : le dispositif est actuellement suspendu à cause de travaux dans le tunnel du Landy) nous permet de gagner de précieuses minutes », assure Christian Delomel, le de la Chambre syndicale des artisans taxis (60% des chauffeurs parisiens). « Toutes ces mesures ont porté leurs fruits. En théorie, l’offre de taxis dans la capitale est désormais suffisante », estime le représentant des chauffeurs.
Sur le terrain, les clients ont du mal à s’en convaincre. Illustration ce samedi après-midi devant la station de la gare du Nord où une petite centaine de voyageurs attendent en file indienne des taxis qui n’arrivent qu’au compte-gouttes. « Devant St Pancras à Londres, c’était les taxis qui attendaient les clients. Ici, c’est exactement le contraire », s’étonne Sue, une jeune Anglaise qui vient de débarquer de son train.
Le protocole signé entre le ministère et les chauffeurs prévoyait 20000 taxis disponibles à à l’horizon 2012. La commission annuelle chargée de fixer le nombre de licences de taxis à créer pour arriver à cet objectif se réunira à la préfecture de police en décembre prochain.


Ils ont un an pour changer de look

 
 
B.H. | 18.10.2010, 07h00

C’est un changement que tous les usagers qui n’ont jamais rien compris à la signalisation des taxis attendent avec impatience. D’ici un peu plus d’un an, tous les taxis parisiens devront être équipés de lumineux bicolores beaucoup plus clairs. Lumière verte : le taxi est libre. Lumière rouge : il est occupé. Le plan de modernisation des taxis du ministère de l’Intérieur a donné aux chauffeurs jusqu’au 1er janvier 2012 pour s’équiper.

Les taxis devront également s’être tous dotés de nouveaux compteurs (permettant d’éditer des facturettes). Ils devront respecter le code couleur unique (au moins le toit noir) bientôt imposé aux taxis parisiens. Pour le moment, seulement quelques centaines de taxis ont déjà adopté ce nouveau look. Mais le rythme d’équipement devrait connaître un brusque coup d’accélérateur dès l’an prochain. « Ce sera dur pour les indépendants, note un représentant de la des artisans taxis. Rien que pour le lumineux et le compteur, il faut compter un de 2000 € par voiture. »

 


 

Les abonnés à la téléphonie mobile Orange voient rouge

vendredi 24.09.2010, 05:06  - La Voix du Nord

|  PANNE |

Depuis une quinzaine de jours, sur la zone de Lesdain, Crèvecoeur sur l'Escaut, Les Rues des Vignes,

 les abonnés mobiles à l'opérateur Orange se sentent un peu isolés.

Impossible de téléphoner ou de recevoir des appels, impossible d'envoyer des sms ou d'en recevoir... Depuis le 7 septembre, c'est silence radio entre usagers. « L'opérateur fluctue allégrement entre un peu et pas du tout ! Moralité, inutilisable, explique Nicolas Delval, l'un des abonnés touchés. « Le 7 septembre, un orage a éclaté sur le secteur, se souvient-il. Dès le lendemain matin, il n'y avait plus de réseau. » Le surlendemain, il contacte les services Orange avec l'espoir d'avoir une solution. Ou au moins une explication. Mais là aussi silence radio. « Ils m'ont dit qu'ils n'étaient pas au courant du problème. Après s'être renseignés, ils m'ont confirmé qu'il y avait un problème technique, mais qu'ils n'avaient pas plus d'explication. » Nicolas Delval, qui n'est pas un professionnel en la matière, en aurait pourtant une. « L'antenne relais qui couvre la zone de Lesdain, Crèvecoeur-sur-l'Escaut, Les Rues-des-Vignes et je crois même une partie d'Esnes, se trouve sur le château d'eau de Lesdain. Il est possible que l'orage l'ait endommagée. » En effet, la coïncidence mérite de s'y attarder. Il le signale aux services Orange. Mais quelques jours plus tard, le réseau n'est toujours pas rétabli. L'usager recontacte l'opérateur. « On m'a répondu que c'était un prestataire qui s'occupait de la réparation et que les choses devraient rentrer dans l'ordre le soir-même. » Mais le lendemain matin, toujours rien. « Je passe tous les jours devant l'antenne en question, je n'ai jamais vu personne la réparer ! », s'étonne M. Delval.

Depuis le 7 septembre, il téléphone, inlassablement, plusieurs fois par jour, à Orange, « À 8 h 02, je commence, et ce jusqu'au soir ! » Il s'est même rendu à la boutique cambrésienne. « Tous les jours, on me dit que ça va être réparé le soir-même. J'ai même eu un interlocuteur qui m'a dit : "Ne vous inquiétez pas, ça va être résolu ce soir à 23 h 58 !". C'était précis !

 » Au fil des jours, les abonnés mécontents se font plus nombreux dans le secteur. Certains ont même tenté d'obtenir une réponse via les mairies. Mais le réseau de téléphonie mobile est toujours inaccessible. « En tant que particuliers, ça ne pose pas de gros soucis, mais pour les agriculteurs, les professionnels et les entreprises du coin, c'est très embêtant. » « Connaîtrons-nous un jour les véritables raisons de cette panne ?, s'interrogent les usagers. Orange ne remplit pas son obligation de fournir un service qu'il facture chaque mois à ses abonnés. » Nous avons joint les services Orange hier, qui nous ont confirmé que la panne était « connue » et qu'ils avaient bien eu connaissance de plusieurs réclamations à ce sujet. Toutefois, l'opérateur n'a pas pu nous donner d'explication quant aux causes de ce dysfonctionnement. Et bien sûr, pas de date de rétablissement du réseau. •

D. B.

(source http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/Cambrai/2010/09/24/article_les-abonnes-a-la-telephonie-mobile-orang.shtml)

 


 

TRANSPORTS.

Hep taxi! Vert, il est libre, rouge, occupé

Près d’une centaine de taxis parisiens sont désormais équipés d’une nouvelle signalétique obligatoire. Repérer une voiture libre sera plus facile.

 
 
Julien Solonel | 01.09.2010, 07h00

Qui n’a jamais hélé un taxi pour finalement se rendre compte qu’il est déjà occupé? Ces dernières semaines, une nouvelle signalétique lumineuse permet aux clients d’y voir plus clair. Le système, qu’on voit fleurir sur le toit des véhicules parisiens depuis le 15 juillet, s’appuie sur un code couleur très simple et compréhensible par tous.

Si la lumière est verte, le taxi est libre; si elle est rouge, il est occupé. Une petite révolution initiée le 5 mars 2009 par le ministère de l’Economie afin de « permettre une meilleure visibilité (…) et rendre plus évidente pour les clients l’information quant à la disponibilité ». Le dispositif a été long à mettre en place, « le temps de le rendre compatible avec les compteurs de taxi », explique Patrice Jay, gérant de la société Gamma, dont les lumineux ont été les premiers à obtenir l’homologation du Laboratoire national d’essais le 26 juin.

A terme, tous les taxis parisiens seront noirs

Pour l’instant, seuls 80 taxis parisiens ont adopté la nouvelle signalétique, selon Gamma. Mais ce n’est qu’un début : le ministère de l’Intérieur impose aux 50000 chauffeurs français de s’équiper avant le 1er janvier 2012. Tony Skayem, qui conduit un taxi en région parisienne depuis six ans, a été un des premiers à sauter le pas. « Il faudra bien le faire, alors autant commencer tout de suite », estime ce chauffeur de 54 ans. Je trouve que c’est plus pratique. C’est bien lumineux, et les gens comprennent mieux si je suis libre ou pas ».
Installé à Clichy (Hauts-de-Seine), Taxirama est le plus gros installateur de matériel pour taxi de . Stéphane Puis, directeur général, confirme que « de plus en plus de conducteurs viennent pour se faire mettre des nouveaux lumineux. Nous en installons actuellement plusieurs par jour dans notre atelier ».
Il reste aux usagers à s’habituer à ce changement. « J’ai vu passer quelques voitures avec l’éclairage vert et rouge, mais je n’en ai pas encore pris », raconte Catherine, employée dans une société de production de , et grosse utilisatrice de taxis. « Mais c’est sûr que c’est une bonne idée. L’ancien système n’était pas clair : j’ai mis des années à comprendre quand un taxi était pris. »
Un autre bouleversement est annoncé. Depuis juin dernier, la réglementation recommande fortement l’utilisation de la couleur noire pour les toits des taxis. « La plupart des véhicules que nous vendons et que nous équipons sont complètement noirs. C’est en train de devenir la marque distinctive du taxi parisien », souligne Stéphane Puis.

 

(source : http://www.leparisien.fr/societe/hep-taxi-vert-il-est-libre-rouge-occupe-01-09-2010-1050490.php

 


 

Taxis parisiens : après la nouvelle signalétique, voici venir le noir de l’élégance…

 

2 Septembre 2010 - www.evous.fr

Depuis le 15 juillet 2010, 80 premiers taxis parisiens se sont déjà équipés de la nouvelle signalétique lumineuse, obligatoire, et simplissime : lumière verte, taxi libre ; lumière rouge, taxi occupé !

Les 50 000 taxis de France devront s’en équiper avant le 1er janvier 2012.

Taxirama, de Clichy (92), principal installateur de matériel pour taxi de France, en pose plusieurs chaque jour.

Une autre révolution « taxiste » est annoncée. Depuis juin 2010, la réglementation recommande fortement l’utilisation de la couleur noire pour les toits des taxis. Et la plupart des véhicules vendus sont de plus en plus souvent complètement noirs. Cette couleur ne serait-elle pas en voie de devenir la marque distinctive du taxi parisien ? Le noir, après s’être beaucoup porté, vous transportera !

André Balbo

(source : http://www.evous.fr/Taxis-parisiens-apres-la-nouvelle,1136222.html)

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site